Accueil Floss Manuals francophone

Fablab, Hackerspace, les lieux de fabrication numérique collaboratifs

Faire vivre son Fablab

Créer un espace n'est que la première étape, certes pas triviale. Une fois que le lieu est opérationnel, il reste à faire en sorte qu'il vive et perdure.

Au jour le jour

Le cœur de l'activité d'un Fablab est souvent l'Openlab (le nom varie), c'est-à-dire l'ouverture régulière au public, à laquelle tout le monde peut venir pour découvrir le lieu et ce qui s'y passe. C'est aussi le moment où tous les membres réguliers sont présents et où le lieu peut s'organiser et se développer, même si la forte fréquentation peut nuire à la productivité. Des journées dédiées, thématiques sont souvent nécessaires au bon fonctionnement du lieu.

Les autres ouvertures dépendent grandement du lieu, du nombre de clef disponibles, et surtout de si une personne a pour tâche dédiée de l'ouvrir, particulièrement en journée. Une fois qu'une taille critique est atteinte, certains labs ont un salarié qui peut s'en occuper.

Des ateliers organisés dans le Fablab peuvent attirer et former les nouveaux venus à l'utilisation des machines, à Arduino* ou à de nombreux autres sujets. On s’attend à ce qu'ensuite les gens à leur tour fassent passer ce savoir.

Un lab doit rester propre, cela veut dire que chacun doit apprendre à nettoyer après son passage, pas uniquement pour les activités particulièrement salissantes (fraiseuse, ateliers), mais aussi simplement pour que le lieu reste agréable. Il est également possible de planifier une session hebdomadaire de ménage, réalisé en commun par les membres volontaires.

Mais plus que tout un lab vivant est un lab dans lequel on s'amuse ! C'est d'abord un lieu de rencontre et d'échanges avant d'être une boîte à outils. Il est indispensable de faire en sorte que le lab soit un endroit convivial, où les gens peuvent se rendre simplement pour discuter, rencontrer d'autres passionnés. À ce titre, ne négligez pas l'équipement non directement destiné à la fabrication : canapés, distributeurs de boissons et snacks, machine à café... Tout ce qui rend agréable la visite du lab, et contribue à créer une communauté d'utilisateurs réguliers du lab, qui s'impliquent dans son fonctionnement.

Un lab est idéalement intégré à son environnement : ne restez pas dans votre coin, échangez avec les structures similaires, participez aux événements organisés par la ville, la région... Outre le rayonnement de votre structure, vous améliorez ainsi l'ouverture de celle-ci sur son environnement, ce qui ne peut qu'être bénéfique à tous.

Outre les ouvertures régulières au public, un lab peut être impliqué dans différents événements ponctuels, en tant que participant ou bien directement dans l'organisation.

Il est également souhaitable de s'investir dans des événements non directement liés à l'univers des lieux de fabrication numérique, dont certains peuvent être très locaux. Cela a l'avantage d'ouvrir à un public plus vaste votre lab, et de nouer de nouveaux liens avec votre environnement : fête de la science, fête de quartier, fête des associations, salons robotique, modélisme, radio-amateur, concours divers, coding goûters, hackidemia, Festival Eletroni[K], Transmusicales, Salons du jeu video...  et bien entendu, tous les événements de l'univers du logiciel libre, cité en introduction.

Enfin, rapprochez vous des collectifs et fédérations existantes, et contribuez à leur fonctionnement.

Communiquer la passion

Peut être le point en commun de tous les types de lab, la passion de faire et de découvrir, est contagieuse. Mais encore faut-il savoir que quelque chose existe pour en devenir passionné, et il faut souvent également passer la barrière d’appréhension face à des sujets techniques qui ont souvent l'air plus ardus qu'ils ne le sont vraiment.

En première ligne, les Openlabs sont sans doute le meilleur moyen de découvrir le Fablab. La plupart des membres ont fait leur premier pas à cette occasion.

Les ateliers/workshops sur un sujet en particulier sont souvent organisés par les lieux avec une sensibilité pour l'éducation populaire. Souvent organisés au lab, ils peuvent aussi dans un souci de toucher le plus grand monde être organisé dans d'autres lieux et structures, ou pendant des événements.

Les Fablabs peuvent aussi travailler avec des structures tierces comme des écoles, d'autres associations, des centres aérés, etc.

Hors de la communication dans les lieux et les événements, les Fablabs sont aussi par nature très actifs sur l'internet. Documenter son projet est très encouragé (wiki), et même parfois obligatoire. Les différentes activités du lab, et son fonctionnement sont souvent expliqués sur son site web, ainsi que ses idées fondatrices. Des mises à jour régulières permettent de montrer à tous que le lab est vivant et actif, beaucoup de lieux utilisent également des listes de diffusion, aussi bien pour s'organiser que pour faire avancer les projets.

Enfin la vaste majorité des labs sont en réseau, communiquant sur des listes de diffusion, s'invitant les uns les autres à des événements ou des workshops, échangeant des bonnes pratiques, du savoir-faire sur les machines, travaillant ensemble sur la documentation et la propagation du mouvement.

Sécurité

Un Fablab se doit d'être assuré. Certains assureurs s'enfuient lorsqu'ils entendent parler de machine-outil, mais d'autres n'ont pas ce problème. D'autres labs en sont passés par là et peuvent vous orienter.

Un détecteur de fumée (des détecteurs de monoxyde de carbone sont également recommandés pour les lasers et l'ABS), et des extincteurs sont également indispensables. Certaines machines, telles que la découpeuse laser, doivent avoir leur extincteur dédié, qui doit être utilisable sur de très hautes tensions.

Les machines-outils doivent toutes être équipées d'un bouton d'arrêt d'urgence (coup-de-poing). Pour une fraiseuse, des lunettes de protection doivent être à disposition, pas seulement pour l'opérateur, mais également pour d'éventuels observateurs. Une protection auditive n'est pas de luxe si un compresseur est utilisé, et celui-ci doit être vidé tous les soirs.

De façon générale, ayez à disposition l'ensemble des EPI (équipements de protection individuelle) nécessaires aux activités proposées dans le lab : gants, lunettes, blouses ... et mettez en place les affichages requis pour les règles de sécurité.

Il peut être pertinent d'expliciter également les règles de bonne conduite en cas de problème, et d'avoir à chaque ouverture une personne en charge de la sécurité des personnes et des équipements. Sachez dire non aux conduites à risque. A ce titre, on peut citer la règle 0 de bon nombre de labs : "don't be on fire", ne soyez pas en feu.

Faire évoluer son lab

Un lab vivant est un lab qui sait s'adapter aux besoins de ses utilisateurs : soyez à l'écoute des habitués, accompagnez-les dans leurs prises d'initiatives, pour qu'ils s'approprient l'espace et se sentent à l'aise dans le lab. Savoir accueillir la nouveauté est une compétence importante : que ce soit de nouvelles techniques, équipements, ou plus simplement les nouveaux venus ; la capacité à rester ouvert, à permettre l'intégration de nouveau dans la communauté existante, est indispensable pour que le lab perdure.

Un des problèmes récurrents d'un lab est le stockage et la propreté : la plupart du temps par bonne volonté, de nombreuses personnes amènent un ensemble important de matériel de récupération, qu'il n'est pas toujours facile de stocker, ranger, utiliser à bon escient. D'autre part, les gens sont souvent concentrés sur leur projet, et n'ont pas par défaut l'habitude de partager un espace avec d'autres. C'est aux gestionnaires de l'endroit de veiller à la bonne cohabitation des différents projets en cours, mais aussi à chacun d'apprendre à partager l'espace.

Enfin, savoir remplacer un équipement donné par un équipement plus performant, savoir faire des choix entre tel ou tel équipement (par manque de place, ou de ressources financières) n'est pas simple. Sachez fonctionner en réseau, que ce soit pour donner votre ancien équipement à une structure naissante, ou bien pour en récupérer. Organisez des temps de réflexion pour que tous les acteurs du lieu puissent donner leur avis sur l'allocation des ressources (surface, argent, temps).  Créer des liens avec des partenaires pour mutualiser des moyens et s'ouvrir de nouvelles perspectives.