Introduction

Inkscape est un logiciel libre de dessin vectoriel, multiplateforme  :  il s'utilise aussi bien sur Windows, Mac OS X et Gnu/Linux. Inkscape est intuitif et ses utilisateurs s'amusent rapidement dès la première prise en main. Logiciel vectoriel performant, entièrement dédié à la création et à la modifications des chemins, il ravira toutes les personnes ayant un besoin d'illustration sur divers supports et de taille variable. En effet, Inkscape s'utilise aussi bien pour créer des flyers, logos, affiches, cartes de visites, illustrations, interfaces de logiciels, d'applications ou de site web. Il est également utile au dessin  technique ou à la création de fonte (en SVG), même si cet usage n'est pas son objectif premier.

Son format d'enregistrement est le SVG, format préconisé par le W3C et s'allie aisément avec le HTML5, CSS3 et JavaScript. Ce qui favorisera, peut-être, l'augmentation d'illustrations au format SVG dans les pages webs.

Pourquoi choisir Inkscape ?

Il existe de nombreux logiciels de création et de modification d'images. Cependant, il existe deux grandes différences entre les images :

Selon le type d'image à réaliser, il est judicieux de se tourner vers un logiciel de traitement matriciel ou vectoriel.

Un logiciel professionnel

Inkscape n'a pas à rougir de ses performances comparés à d'autres logiciels d'éditions vectoriels. Il est relativement léger et ne nécessite pas d'avoir un ordinateur puissant et récent pour être utilisable. Il possède des outils de création de base et également de nombreux autres outils pour nous venir en aide. Il contient plusieurs filtres, effets et motifs pour ceux qui le souhaitent.

De nombreux professionnels utilisent régulièrement Inkscape pour créer ou modifier des images. Il s'intègre également parfaitement dans un flux de création graphique libre ou propriétaire.

À quel prix ?

Inkscape est un logiciel libre et gratuit. Il est télé­char­geable en toute légalité et s'installe sur tous les systèmes. Il est autorisé de le copier, le distribuer et le modifier librement. Vous avez le droit de l'utiliser aussi bien au travail que chez vous et pour des créations personnelles comme professionnelles. Vous ne dépensez pas d'argent en achetant Inkscape, puisqu'il est gratuit. L'investissement que vous aurez est celui d'apprendre à l'utiliser et d'acquérir de nouvelles compétences.

Cependant, un don permetterait aux bénévoles du projet d'y consacrer plus de temps. http://inkscape.org.

A propos de ce livre

Ce livre a été initié par Elisa de Castro Guerra, graphiste et formatrice. Il est organisé sur le principe de double page traitant d'un sujet clair et précis, organisé par une ex­pli­cation  et une illustration. Il a été fait pour servir d'aide-mé­moire durant la période d'adaptation à Inkscape en at­ten­dant que vous trouviez vos marques. Ce livre est sous licence libre (GPLv3) et est publié sur fr.flossmanuals.net. Bonne lecture.

Merci à Cyrille Largillier pour sa relecture attentive.

Ce livre est republié le 30 janvier 2015

Interface

Inkscape se présente en une seule fenêtre. La part belle est laissée au canevas, l'espace blanc où se déroule la création de l'image.

  1. Le premier menu déroulant horizontal contient les commandes essentielles du logiciel communes à de nombreux autres (copier, enregistrer...) et spéci­fiques à Inkscape (Chemin, Texte., Extensions...).
  2. La deuxième barre horizontale affichent les options de l'outil sélectionné. Ce menu est donc contex­tuel : il s'adapte aux spécificités de l'outil.
  3. La barre verticale située à gauche présente tous les outils principaux du logiciel.
  4. Le grand espace blanc est le canevas, là où l'image se créer. Un cadre noir représente, par défaut, une page au format A4.
  5. La barre à droite du canevas contient des boutons vers des commandes utiles, autrement accessible via les menus déroulants du premier menu horizontal.
  6. La dernière barre de droite concerne le magnétisme.
  7. En haut et à gauche du canevas, des règles, pour rendre compte de l'échelle de l'image et pour placer des guides précisément.
  8. À droite et en bas du canevas, des ascenseurs sont visibles pour se déplacer sur le canevas.
  9. L'avant dernière barre horizontale située au bas de la fenêtre présente des raccourcis vers la palette des couleurs.
  10. La dernière barre horizontale contient des infor­mations diverses, comme les couleurs de l'objet sélectionné, les calques, une barre d'état contenant des informations sur les opérations en cours, les coordonnées du pointeur, le zoom.

D'autres commandes sont disponibles au travers de dialogues qui s'attachent à droite du canevas pour ne pas gêner la visibilité.

Organiser son espace de travail

Par défaut, Inkscape se lance avec un cadre au format A4. Ce cadre sert de repère, de visualisation du fichier à partir d'un navigateur et d'exportation au format de la page. Si, par exemple, l'illustration se destine à être insérée dans un livret au format A5, modifiez la taille du cadre au format A5 puis réalisez l'image pour qu'elle occupe l'espace souhaité sur la page A5. Les éléments placés en dehors de ce cadre peuvent être considérés comme des brouillons ou des ressources en attente.

Pour modifier le canevas :

Vous noterez que l'unité de mesure par défaut est le pixel en SVG. Vous pouvez modifier ce paramètre également dans cette même fenêtre.

Le canevas proposé par Inkscape semble blanc par défaut. En réalité, il est transparent. Si vous exportez un dessin, celui-ci apparaîtra au milieu de transparent. Pour changer son opacité ou uniquement sa couleur, rendez-vous à la partie Couleur de cette même fenêtre et cliquez sur le rectangle affichant la couleur utilisé.

J'utilise Inkscape sans ascenseurs ni magnétisme. Pour cela les commandes Afficher / Cacher  proposent de modifier l'apparence du logiciel pour gagner plus d'espace pour le dessin. Le déplacement sur le canevas est réalisé alors avec le bouton du milieu de la souris.

Pour ne plus afficher les ascenseurs, les règles ou la barre du magnétisme :

Cette opération est réversible à n'importe quel moment par le même chemin.

Dessiner à partir de formes géométriques

 Il existe plusieurs façon de dessiner avec Inkscape  :  à partir de formes géométriques visant à simplifier les volumes avec les outils primitives , directement et librement comme un crayon sur papier avec les outils libres , à partir d'une photo avec les outils de vectorisation ou directement en créant des chemin s avec les outils chemins. Rapidement vous prendrez vos habitudes ou choisirez une de ces méthodes selon vos objectifs.

Dans ce chapitre nous allons voir comment utiliser les outils de formes géométriques et également appréhender les outils les plus courants. Vous découvrirez également comment appréhender la création d'images vectorielles qui organise de façon différente qu'une image matricielle.

L'outil de sélection

Représenté par une flèche [F1], [s], cet outil est certainement celui le plus utilisé de tout le logiciel. Situé tout en haut de la boîte à outil, il est simple et intuitif à utiliser.

Telle une main, l'outil flèche déplace, incline, agrandie, diminue et pivote les éléments sélectionnés.

Pour déplacer un objet :

Pour agrandir/ rétrécir un objet :

Pour incliner un objet :

Pour pivoter un objet :

Il arrive souvent de devoir déplacer plusieurs éléments disposés sur le canevas. L'outil Sélection peut aisément réaliser toutes ces opérations sur un élément ou sur un rassemblement d'éléments.

Pour sélectionner plusieurs éléments, il existe deux méthodes :

 

Un cliquer glisser déplace la sélection. Selon la double flèche sélectionnée et le sens du déplacement, les possibilités de modification sont nombreuses. L'inclinaison et la rotation sont accessibles après un double clic.

 Le cadre de sélection est apparent pour mieux visualiser ce que l'on sélectionne. Observez comment les flèches se positionnent autour des éléments sélectionnés.

Les outils de formes

Cela peut sembler anodin de dessiner des formes géométriques, et pourtant, il s'agit d'une aide précieuse en technique de dessin (et pas seulement en dessin vectoriel). Il est souvent plus rapide de construire rapidement son dessin à partir de formes simples, tracées rapidement au moyen de ces outils, pour ensuite fusionner ou soustraire les formes afin de construire le dessin. La seconde étape de réalisation d'un dessin consiste à affiner le résultat grâce aux chemins, sujet d'une autre partie du livre.

Avant de pouvoir utiliser l'outil Flèche, il faut avoir de quoi déplacer sur le canevas ! Nous allons créer nos premières formes géométriques. Les outils de forme (carré, ellipse, étoile, spirale) utilisent le même principe pour créer et modifier, des options sont spécifiques aux formes (l'ellipse peut devenir un cercle ou un camembert, tandis que le carré devient un rectangle ou un carré...).

Pour créer une forme géométrique :

Vous noterez sur la forme l'apparition de poignées rectan­gulaires, rondes ou en losanges de couleurs blanches. Ces poignées sont présentes uniquement sur les formes créées à partir de ces outils et offrent de nouvelles déformations très utiles. Ces poignées sont utilisables uniquement avec les outils carré, ellipse, étoile et spirale.

Inkscape propose de nombreux raccourcis claviers. Ils ap­por­tent de nombreuses options, par exemple en com­bi­nant le raccourci suivant lors du tracé des formes géo­mé­tri­ques simples :

 Esquisse d'un nuage à partir d'ellipses. Finition du nuage composé initialement par les ellipses.

Les formes géométriques se créent toutes ainsi.

Les formes primitives contiennent des poignées carrées, rondes ou en forme de losange.

L'outil Carré, Rectangle

Pour tracer un rectangle, cliquez sur le bouton gauche de la souris et glissez. Il apparaît immédiatement sur le canevas. Pour tracer un carré parfait, aidez-vous de [Ctrl].

[F4] ou [r]

Les poignées carrées redimensionnent le rectangle sur une direction. Néanmoins, la souris est suffisamment imprécise pour ne concerner qu'un des côtés du rectangle. Là encore, aidez-vous de [Ctrl] pour forcer l'agran­dis­sement ou le rétrécissement sur un des côtés du rectangle uniquement.

Quant aux poignées rondes, elles concernent l'ar­rondis­sement des coins. Saisissez une poignée ronde et déplacez-là légèrement. Les 4 coins sont alors arrondis. Vous voyez maintenant apparaître une seconde poignée ronde. En effet, une poignée ronde s'occupe de l'axe y tandis que l'autre de l'axe x. Il est ainsi possible de rendre les rectangles concaves ou convexes.

Pour revenir à la forme initiale, cliquez sur la dernière icône présente dans la barre d'option horizontale. Très pratique quand la maîtrise des poignées rondes est encore délicate !

Il n'est pas possible d'agir sur un coin du rectangle de façon indépendante. Les poigées rondes agissent sur les 4 coins simul­tanément. Pour réaliser un arrondi uni­que­ment sur l'un des coins, vous devrez superposer plusieurs formes géométriques.

Pour le cas où vous avez à dessiner un rectangle de dimensions précises, aidez-vous de la barre d'option :

Le menu déroulant vous permet de définir l'unité nécessaire pour la dimension de votre rectangle. 

En maintenant [Ctrl] il est plus facile de profiter du redimensionnement d'un côté à partir des poignées carrées.

En abaissant les poignées rondes, cela arrondis les coins. Rectangle concave ou convexe, chaque poignée ronde agit légè­rement différemment.

Rx et Ry informent de la dimension du rayon du cercle imaginaire sur lequel l'arrondi se base.

Les options de l'outil Carré sont utiles pour entrer des dimensions connues.

L'outil Ellipses, Cercle et Arc

Pour tracer un cercle ou une ellipse, cliquez sur le bouton gauche de la souris et glissez sur le canevas. Le relâ­che­ment du clic termine l'ellipse. Rappelez-vous, [Ctrl] aide à tracer un cercle parfait. Tandis que [Maj] trace le cercle à partir de son centre.

[F5] ou [e]

L'outil Ellipse permet aussi de dessiner des arcs de cercle ou des camemberts. Pour dessiner des arcs de cercle, saisissez une poignée ronde et glissez la souris tout en restant à l'intérieur du cercle.

Pour dessiner un camembert, dessinez un cercle puis saisissez une poignée ronde et glissez la souris tout en étant en dehors du cercle.

Après quelques essais, vous aurez rapidement saisit la nuance. Pour le cas où vous êtes perdus, réinitialisez la forme au moyen de la dernière icône présente sur la barre d'option.

Pour modifier une ellipse en cercle parfait, cliquez sur l'une des poignées carrées en maintenant [Ctrl].

La poignée carrée redimensionne l'ellipse. N'hésitez pas à vous aider de [Ctrl] pour forcer le redimensionnement sur l'axe des abscisses ou des ordonnées.

Les options de l'outil Cercle permettent d'entrer des données directement pour le cas où l'ellipse doit avoir une taille bien précise. 

Les poignées carrées permettent de modifier le cercle en ellipse. Tandis que les poignées rondes permettent de modifier le cercle en arc de cercle ou camembert selon que le curseur se place à l'intérieur ou à l'extérieur de la forme. Début indique l'angle de l'arc.  Fin indique l'angle de diamètre du cercle.

L'outil Étoile et Polygone

 L'outil Étoile d'Inkscape semble unique parmi les logiciels vectoriels : il offre de nombreuses possibilités créatives et facilement éditables depuis le canevas.

[*]

Pour tracer une étoile, cliquez et glissez sur le canevas.Par défaut l'étoile comporte 5 branches et affiche 2 poignées blanches en forme de losange.

La poignée entre deux branches modifie l'étoile dans le rayon interne de l'étoile.

Tandis que l'autre poignée ronde modifie la taille des sommets.

Pour tracer directement un polygone, activez l'option présente dans la barre d'option de l'outil, situé dans la barre horizontale, au-dessus du canevas.

[Ctrl] permet de forcer la modification de l'étoile via la poignée ronde sans faire tourner l'étoile.

Avec ces quelques options, il est déjà possible de créer de nombreuses formes différentes à partir de la seule étoile.

Les possibilités sont encore nombreuses. Pour rajouter des sommets à l'étoile, entrez directement le nombre souhaité dans la barre d'option.

Pour arrondir les sommets, aidez-vous de [Maj] en glissant à partir d'une des poignées en forme de losange. Plus la poignée blanche est déplacée plus les sommets sont arrondis.

Avec [Alt] cela ajoute du hasard, c'est-à-dire que les bran­ches s'éloi­gnent les unes par rapport aux autres de façon non régulière.

La barre des options de l'outil offre un accès direct à ces différentes commandes sans passer par le canevas ou les raccourcis clavier. À vous de choisir entre données numériques ou modification directe sur le canevas pour libérer votre créativité.

La poignée ronde offre des modifications directement sur la circonférence de l'étoile. L'autre poignée ronde offre des modifications directement sur la longueur des sommets.

Une seule poignée ronde est présente sur l'outil Polygone : il agrandit ou rétrécit la forme. Sans utiliser [Ctrl] il est difficile de ne pas faire pivoter le centre de l'étoile.

Ajout d'un léger arrondi. Ajout d'un léger hasard.

Les options de l'outil étoile. La dernière icône réinitialise les modifications. Utile lorsque l'on est perdu ! Arriverez-vous à réaliser ces étoiles ?


L'outil Spirale

Cette forme géométrique est rarement utilisée, mais elle peut néanmoins servir un jour.

[F9] ou [i]

Pour tracer une spirale, cliquez sur le bouton gauche de votre souris et glissez sur le canevas. La fin du tracé et le relâchement du clic termine la spirale. Vous observez deux poignées blanches en forme de losange.

Ces poignées modifient le nombre de tours. Pour réaliser cela direc­tement depuis le canevas, saissez une des  poignées et tournez jusqu'à obtenir le nombre de tours souhaité et d'agrandir la spirale.

En combinant le glissement des poignées avec [Ctrl], cela per­met d'aug­menter le nombre de tours de la spirale de façon régulière par incréments.

En combinant [Alt] avec le glissement latéral de la poignée intérieure, cela agit sur la divergence ou la convergence de la spirale sans modifier la largeur de la spirale.

Le moyen le plus facile pour augmenter les tours de la spirale est d'accéder directement au champ Tours dispo­nible dans la barre d'option de l'outil, sans que cela modifie le diamètre de la forme géométrique.

Grâce à la régularité naturelle de la spirale, il peut être utile de profiter des arcs de cercle avec un moindre effort. Pour le cas où vous êtes perdu dans les modifications de la spirale, la dernière icône de la barre d'option annule toutes modifications et retourne à l'état initial de la forme. 

Modification depuis les poignées. poignée intérieure + [Alt] glissé vers le bas augmente la divergence. Poignée intérieure + [Alt] glissé vers le haut diminue la divergence. Une spirale avec plus de tours. Une spirale avec moins de tours.

L'outil boîte 3D

 Cet outil trace une boîte en pseudo 3D. Pour comprendre son fonctionnement vous devez au préalable avoir des bases de perspective. Cet outil peut présenter un inérêt aux person­nes intéressées par l'architecture ou la déco­ration. Il facilite la création de meubles ou de pièces car il s'appuie automatiquement sur des points de fuite.

[Maj]+[F4] ou [x]

Avec un cliqué-glisser, la boîte apparaît sur le canevas. La précaution à prendre avant de le tracer est bien de situer la boî­te au mi­lieu ca­ne­vas. Sinon elle risque d'être parti­cu­liè­re­ment déformée. En effet, elle se construit selon une perspective basée sur deux points de fuite placés au milieu, à gauche et à droite du canevas.

Observez bien l'image de droite représentant la boîte 3D.

Attention, ces modifications spécifiques sont accessibles uniquement avec l'outil 3D. L'outil Sélection déplace la boîte et les points de fuites.

Les options de cet outil concerne les 3 points de fuite de l'axe x, y et z. Un bouton active leur parallélisme dé­for­mant directement la boîte sur le canevas.

En bleu foncé, le haut du cube, en bleu moyen, sa gauche et en bleu clair, sa droite. Déplacements du cube. Déplacement des points de fuite. Ajout d'un troisi­ème point de fuite.

Dessiner à partir des outils libres

Les outils libres permettent de dessiner directement avec la souris ou le stylet sur le canevas d'Inkscape. Vous choisirez les outils selon leurs spécificités. Ils ne sont plus du tout basés sur des formes géométriques. C'est à vous de dessiner au plus près de ce que vous souhaitez. Après un peu de pratique vous y parviendrez de mieux en mieux. Bien sûr des modifications seront toujours accessibles via les outils chemins.

Dans ce chapitre nous allons voir comment utiliser les outils crayons, bézier et la plume calligraphique, ce qui nous permettra d'appréhender doucement la nouvelle notion de chemin, le cœur du dessin vectoriel. Ensuite nous apprendrons comment modifier les chemins.

L'outil Crayon

  [F6] ou [p]

Contrairement à la vie réelle, il ne s'agit pas du premier outil à utiliser lorsque l'on souhaite dessiner avec Inkscape. Les créations produites avec le crayon sont à considérer plutôt comme des ressources utiles dans un second temps ou alors pour esquisser très brièvement un croquis très simple.

Le rendu du tracé sera dépendant de la configuration des  options. Pour tracer un trait avec cet outil, cliquez sur le bouton gauche de votre souris puis glissez sur le canevas. Partout où le curseur se déplacera, le crayon tracera un trait.

Deux poignées carrées blanches apparaissent en début et en fin du tracé. Ces poignées permettent de pour­sui­vre natu­rel­lement le tracé à partir de ces poignées sans créer de second trait.

Détaillons les options de cet outil. Le menu déroulant offre différentes brosses impactant le rendu du tracé :

Les deux modes adoucissent le rendu du tracé mais sont dépendant du niveau de lissage :

 Dessin d'un trait avec le crayon. Puis allongement de celui-ci grâce à la poignée blanche.

Différents tracés réalisé avec les brosses proposées par défaut.

Tracé réalisé avec Mode Bézier lissage à 1 puis 50.

Tracé mode Spiro avec un lissage à 1 puis 50.

L'outil de Bézier

Complexe lors d'un premier usage, cet outil deviendra vite votre allié si vous souhaitez utiliser Inkscape en vue de réaliser des illustrations.

[Maj]+[F6] ou [b]

Son principe est de tracer des chemins. Les chemins superposés aux uns et autres crééront un dessin. Pour commencer :

Avec cet outil, il est possible de dessiner des courbes. Chaque nœud contient deux poignées. Ce sont ces poignées qui modifient l'aspect de la courbe. Pour tracer une courbe, il faut :

Cela peut sembler fastidieux et pourtant il s'agit de la méthode privilégiée pour réaliser des dessins précis. Ne cherchez pas d'emblée à bien positionner les courbes aux moyens des poignées. En effet, l'outil de Bézier n'est pas le moyen le plus aisé pour modifier des chemins, seulement pour les créer.

Une fois que vous maîtriserez cet outil, vous penserez à placer les nœuds à des endroits stratégiques. Si votre chemin contient trop de nœuds, cela alourdira le travail et s'il n'y en a pas assez, vous manquerez de contrôle pour tordre le chemin comme vous le souhaitez.

Chaque clic gauche pose un nœud. Le clic gauche long tire la poignée du nœud afin de modifier le segment en courbe.

Création de la forme globale au moyen de l'outil de Bézier sans se soucier des courbes. Les nœuds sont représentés en losange gris.

Alignement verticaux et horizontaux des nœuds au moyen du Dialogue Aligner et distribuer.

Modification du chemin en courbant les segments au moyen de l'outil Nœud.

Derniers ajustements pour un meilleur résultat. Le picto ressemble maintenant vraiment à un livre ouvert.


La Plume calligraphique

Telle une plume à l'ancienne, Inkscape propose sa version numérique avec l'outil de tracé calligraphique. Idéalement, il s'utilise avec un stylet, où le poignet repose sur la tablet­te et l'autre main, sur le clavier, déplace le canevas pour pouvoir écrire.

  [Ctrl]+[F6] ou [c]

De nombreuses options simulent la possibilité d'utiliser différentes brosses pour le cas où les quelques brosses proposées par Inkscape ne conviendraient pas.

Si aucune de ces brosses ne convient, partez d'une des brosses et modifier ses options.


Les opérations sur les chemins

Il existe plusieurs façons de modifier un tracé. Selon la na­tu­re du tracé les possibilités varient. Si le tracé est d'abord un rectangle, une ellipse, une étoile ou une spirale, c'est-à-dire une forme géométrique tracée à partir des outils de formes, le résultat est un objet et non un chemin. Les modifications de ces formes sont accessibles uniquement en glissant les poignées blanches. Par contre, pour modifier un chemin, il faut utiliser les outils liés aux chemins, ou alors convertir les objets en chemins.

Pour convertir une forme en chemin :

Attention un objet peut toujours se convertir en chemin, mais un chemin ne pourra jamais être converti en objet.

Les opérations sur les chemins agissent sur les chemins ou convertissent le résultat en chemin. Il s'agit d'opérations qui se réalisent sur au moins 2 objets ou chemins qui se combinent selon des règles précises. Voici des explications.

Pour réaliser ces opérations sélectionnez les deux formes puis, dans le menu Chemin choisissez l'opération de votre choix. Le résultat est tout de suite apparent sur le canevas, sinon lisez le message d'erreur qui s'affiche dans la barre d'état au bas de la fenêtre Inkscape pour comprendre les rai­sons de l'échec.

Union entre un triangle et un carré, donne une maison.

 Différence entre un rectangle et la maison réalise l'ouverture pour la porte.

Deux ellipses.  Intersection de deux ellipses.  Exclusion de deux ellipses.

Voici une ellipse traversée par un chemin tracé avec l'outil Crayon. Division. Combiner. Séparer.

Les différents types de noeuds

Les chemins ont la caractéristique d'être construits à partir de nœuds. Un chemin est composé d'au moins deux nœuds. Un nœud comporte une tête en forme de carré, cercle ou losange et deux poignées qui peuvent se saisir à partir de ses petits cercles situés à l'extrémité. Les outils chemins créent et modifient des nœuds. 

Le second outil le plus utilisé dans Inkscape est l'outil Nœud. Il vous sert à modifer tous les chemins.

Il existe plusieurs types de nœuds :

Pour modifier un nœud :

Les débutants privilégient les nœuds durs par sa facilité d'utilisation alors que bien souvent le résultat recherché privilégie plutôt l'utilisation des nœuds doux.

Le prochain chapitre explique comment modifier un chemin au moyen de l'outil Nœud.


Modifier un chemin

L'outil Nœud sera votre meilleur allié pour modifier un chemin.

[F2] ou [n]

Quelque soit le type de nœud, celui-ci ne peut contenir qu'une entrée et une sortie. Cela signifie qu'il est impossible de passer une troisième ligne par un nœud une troisième ligne. Il faudra plutôt accoler un second chemin.

Les chemins se modifient radicalement en déplaçant les nœuds par leur tête :

Les chemins se modifient plus doucement en déplaçant les poignées :

 Il est également possible de modifier avec l'outil Nœud la courbure d'un chemin en attrapant et en glissant directe­ment le chemin au travers de la frontière de celui-ci, c'est-à-dire la ligne située entre les nœuds, sans obligatoirement passer par les poignées.

 Un nœud a une entrée et une sortie.

Un nœud peut se déplacer en glissant.

Une courbe se modifie par les poignées du nœud.

Aligner et distribuer

Ce dialogue offre une aide précieuse. Il permet d'aligner des nœuds verticalement ou horizontalement ou de les distribuer à des distances égales verticalement ou horizon­talement. Pour l'utiliser :

Avec le dialogue Aligner et distribuer, en quelques clics, des objets éparses sont rangés rapidement de façon régulière.

L'outil Noeud

Cet outil contient de nombreuses autres options que nous détaillerons dans ce chapitre en se basant sur les icônes accessibles sur sa barre d'option :

[F2] ou [n]

Ajouter un nœud. Un double clic gauche entre deux nœuds permet d'ajouter un nœud aisément. Utile lorsque l'on souhaite modifier très précisément une courbure.

Supprimer un nœud. Sélectionner le nœud et appuyer sur [Suppr]. Il faut toujours chercher à réaliser des formes avec le moins de nœuds possible pour alléger et simplifier les modifications éventuelles.

Pour joindre deux nœuds, il faut au préalable sélectionner deux ou plusieures nœuds. Inkscape tentera de ne pas déformer la forme.

Briser le chemin. Se réalise sur un nœud de préférence. Le résultat casse un nœud en deux. Les demi-nœuds n'ont plus qu'une poignée. Cela peut être complexe à gérer. Réfléchissez bien avant de casser des chemins !

Joindre des nœuds terminaux par un segment. Idéal pour joindre manuellement des morceaux de chemins.

Supprimer un segment entre deux nœuds non terminaux. Pour rompre un chemin par son milieu.

Ensuite les nombreuses icônes permettent de convertir :

Les deux icônes ci-contre sont importantes à activer pour toujours voir affiché les poignées aux nœuds.


Vectoriser une image

Cette fonctionnalité est à utiliser pour profiter des chemins du résultat de la vectorisation pour votre réalisation. Si vous vous attendez à retrouver une image identique mais en vectorielle, alors vous serez déçus.

Idéalement cette fonctionnalité vectorise très bien les silhouettes sombres sur fond clair. Il existe une option pou­vant inclure de la couleur, mais Inkscape créera autant de couches que de couleurs. Vous vous retrouverez alors avec plusieurs objets empilés les uns sous les autres. Ce qui peut devenir complexe à modifier.

Pour vectoriser un picto :

Détaillons les options de ce formidable outil. Le premier onglet contient plusieurs Modes :

L'option Passes multiples permettera d'avoir un résultat beau­coup plus fin, mais cela créera autant d'objets que de passes.
À droite du dialogue n'oubliez pas de rafraîchir l'aperçu à chaque changement. Valider pour obtenir le résultat. 


L'outil Sculpter les chemins

Outil idéal pour les illustrateurs dessinant puis scannant et vectorisant leur travail, il modifie au moyen des options les chemins déjà présents sur le canevas et propose de nom­breu­ses fonctionnalités sans changer d'outil.

[Maj]+[F2] ou [w]

Pour l'utiliser, sélectionnez le chemin ou la partie du chemin, avec l'outil Nœud, sur laquelle la modification doit être active, activez l'outil Sculpter puis cliquez sur la zone souhaitée.

Présentons d'abord ses réglages :

Vient ensuite différents modes qui sont véritablement le cœur de l'outil :

La couleur

La couleur peut s'appliquer, et se modifier, à tout moment dans Inkscape. La couleur d'une forme vectorielle peut être définie par sa couleur de contour et sa couleur de fond. La couleur peut être aussi bien un applat, un motif, un dégradé. Inkscape fournit quelques motifs, mais facilite également l'utilisation de motifs personnalisés. L'ap­pli­ca­tion d'un ap­plat, c'est-à-dire, une couleur unie s'obtient facilement au moyen de plusieurs palettes de couleur proposées. Les dégradés se réalisent directement sur le canevas au moyen de l'outil dédié. Dans ce chapitre nous allons apprendre à appliquer des applats par divers moyens, des dégradés personnalisés, des motifs définis ou personnalisés. Nous allons également apprendre à modifier les contours et profiter des marqueurs. 

La palettes de couleurs

Au bas de la fenêtre Inkscape vous pouvez admirez la palette des couleurs. La façon la plus rapide pour appliquer une couleur :

Il est possible de cliquer-glisser de la couleur jusqu'à votre forme pour que la couleur s'applique à la forme.

Toute forme vectorielle peut avoir une couleur de contour et une couleur de fond. Pour appliquer une couleur au contour :

Si les couleurs de la palette ne vous conviennent pas, Inkscape fournit d'autres palettes, pour les activer :

Vous noterez en haut de ce menu déroulant, des options permettant de modifier l'apparence de la palette pour la rendre plus ou moins compacte.

Il est également possible de créer sa propre palette de couleur. Pour cela, créez un fichier texte ayant pour extension .gpl contenant le nom de la palette et sur chaque ligne une couleur au format RVB puis hexadécimal. Insérer ce fichier dans le sous-dossier /palettes où Inkscape est enregistré. 


 

Le Dialogue Remplissage et Contour

Ce dialogue s'appelle de plusieurs façons :

Ce dialogue comporte 3 onglets : la couleur de fond, la couleur de contour et le style du contour. La première ligne des onglets couleur du Fond et de Contour concerne la nature de cette couleur :

En dessous vous avez la possibilité de personnaliser votre couleur. Nous y reviendrons. En bas de cette fenêtre deux champs sont présents et sont génériques aux 3 onglets :


Appliquer une couleur personnalisée

Pour le cas où la couleur n'est pas présente dans la palet­te, il est recommandé d'utiliser la zone de personnalisation de la cou­leur située dans le dialogue Remplissage et Contour. Nous allons détailler cette partie du dialogue.

Il existe 5 modes colorimétriques différents. Ce livre n'est pas le lieu pour détailler les différences entre ces modes. Choisissez celui où vous vous sentez le plus à l'aise. Sachez uniquement, que par défaut, le SVG est en RVB. Les autres modes colorimétriques proposés sont des correspondances. Mais pour choisir la couleur, cet aspect à peu d'importance.

Pour choisir la couleur, glissez sur les différents curseurs en prenant soin d'avoir au préalable sélectionné votre objet. Le résultat est immédiatement visible sur votre canevas. Lorsque vous êtes satisfait, ne touchez à plus rien ! Observez, en bas, le code hexadécimal de cette couleur accompagné de deux lettres (ou chiffres) indiquant le canal alpha. Le canal alpha concerne la transparence. Plus l'alpha est élevé, plus votre objet est opaque.


Copier la couleur

Il existe plusieurs façon d'appliquer une couleur person­nalisée sur plusieurs objets :


Créer un dégradé

Inkscape offre la posibilité de créer et de modifier directe­ment un dégradé depuis le canevas mais il est bon d'avoir toujours à portée du regard le dialogue Remplissage et Contour afin de modifier ses couleurs.

[Ctrl]+[F1] ou [g]

L'outil dégradé s'active depuis la barre d'outil. Pour com­men­cer, sélectionnez l'objet sur lequel vous souhaitez appliquer un dégradé puis cliqué-glissé sur l'objet. Au-dessus de l'objet s'affiche alors un petit carré blanc relié à un petit cercle blanc par une ligne bleu. Le carré re­pré­sen­te le début du dégradé et le cercle sa fin. Par défaut, vous avez créé un dégradé linéaire contenant deux stops (étapes).

Pour modifier la position du dégradé, déplacer simplement le carré ou le cercle. Pour modifier la couleur du dégradé :

Pour modifier la couleur du second stop, sélectionnez la poignée ronde puis modifiez la couleur dans le dialogue Remplissage et contour.

Pour créer un dégradé avec plus de 2 couleurs, il suffit de double cliquer avec l'outil Dégradé sur la ligne bleu située entre le carré et le cercle blanc. Un losange apparaît. Attribuez une couleur avec le dialogue Remplissage et Contour. Le résultat est immédiatement visible sur le canevas. En déplaçant le losange blanc sur le canevas, le poids des couleurs du dégradé varie.

Un dégradé linéaire peut se transformer en dégradé radiale depuis le dialogue Remplissage et Contour mais aussi dans la barre d'option de l'outil Dégradé.

Lorsque l'option Dégradé radiale est activée, apparaît alors sur la forme sélectionnée non pas une ligne, mais un angle déplaçable au moyen du carré et du cercle blanc. Cet angle représente le diamètre du dégradé radiale. Ses modi­fi­ca­ti­ons sont identiques aux modifi­cations d'un dégradé li­né­ai­re.

Il est possible d'appliquer un dégradé sur le contour et/ou le fond d'un objet. 


Appliquer un motif

Inkscape propose quelques motifs de départ. Pour les appliquer à une forme, il faut :


La sélection d'un des motifs ap­plique directement celui-ci sur la forme.


Modifier un motif

Un motif peut facilement se pivoter, s'agrandir ou se ré­tré­cir. Lorsque le dialogue du motif est activé, apparaît en haut à gauche du canevas un trio intéressant :

Avec un cliquer-glissé, ces poignées de transformations agissent sur le motif et le résultat est immédiatement visible.


Créer un motif personnalisé

Vous pouvez créer votre propre motif. Cela peut être une texture (une image bitmap), un groupe, un chemin, des objets de formes... Sélectionnez ce que vous souhaitez ensuite appliquer comme motif puis informez au logiciel de le copier en tant que motif via Objet > Motif > Objets en motif. La ligne du dessous vous permet de réaliser l'opération inverse. Utile pour réaliser quelques ajus­te­ments au motif. Vos motifs seront disponibles aux côtés de ceux proposés par le logiciel.

Vos premiers motifs seront peut-être surprenant. Pour bien réaliser des motifs qui se rejoignent, vous entrez dans l'art de l'illustration. 


Les contours

Le remplissage d'une forme est indépendant de son contour. Deux onglets dédiés sont présents dans le Dialogue Remplissage et Contour.

Il est possible d'attribuer au contour une couleur, celle-ci se détermine comme dans l'onglet Fond au moyen de divers espaces colorimétriques. La couleur peut être un applat, un dégradé radial ou linéaire, ou encore un motif.

L'onglet Style du contour définit l'épaisseur du contour, ses raccords et terminaisons, sa nature (plein, pointillés etc).

Il n'est pas possible d'appliquer un flou uniquement au contour. Les options Flou et Opacité s'appliquent à toute la forme.

Pour attribuer une épaisseur à une forme, 1 px est suf­fi­sant pour être visible sans être imposant. Pour les habitués de l'imprimé, 1 px est équivalent à un filet, mais pour des images destinées à être vus sur écran. Un menu déroulant contenant des unités est utile à ceux qui ne sont pas familiers avec les pixels.

Vérifiez votre % de zoom pour être certain d'attribuer la bonne épaisseur à votre forme. Plus vous zoomerez plus l'épaisseur sera forte.

Les options Raccords et Terminaison sont des ajustements quand au comportement du contour. Ceux sélectionnés par défaut sont amplement satisfaisants.  L'option intitulés Pointillés donne accès à un important menu déroulant offrant de nombreux style différents, des petits pointillés au long trait. Le champ situé à droite permet de décaler les tirets pour les placer à l'endroit désiré. 


Les marqueurs

Les marqueurs sont des symboles que l'on peut rajouter en début, milieux et fin de chemin. Ils se placent sur le contour. Cette fonctionnalité est utile pour créer des flèches et des diagrammes très rapidement !

Les marqueurs vont se placer très exactement au niveau des nœuds situés sur le chemin, le marqueur initial se placera en début de chemin, les marqueurs du milieu se placeront automatiquement là où les nœuds sont présents et le marqueur de fin en fin de chemin.

Inkscape offre une grande variété de marqueurs différents. Ils sont visibles via le Dialogue Style de contour au niveau de la ligne Marqueurs. Le premier menu déroulant définit le marqueur initial, le menu déroulant du milieu détermine les marqueurs centraux et le dernier menu déroulant spécifie le marqueur de fin.

Les marqueurs adoptent immédiatement le style et le con­tour du chemin sur lequel il est attaché. Pour les anciennes versions d'Inkscape, l'extension Extension > Modifier le chemin > Colorer les marqueurs... le fera à votre place.

Si vos flèches ne sont pas dans le bon sens, inversez la direction du chemin (Chemin > Inverser).

Personnaliser ses marqueurs

Tout comme les motifs, il est possible de créer ses propres mar­queurs. Ré­a­lisez le marqueur de votre rêve, sélection­nez-le puis Objet > Objet en marqueurs.

Votre marqueur est immédiatement disponible dans la liste des marqueurs, situé en haut du menu déroulant.


Le texte

Un menu est entièrement dédié au Texte afin de faciliter l'insertion de texte dans la réalisation d'affiches ou de logos. Le texte se rajoute de façon libre ou dans un cadre flottant. À tout moment la police, la taille et la couleur du texte peuvent être modifiées. Des modifications intéres­santes peuvent être apportées, comme faire suivre un chemin au texte ou l'encadrer. Une fois converti en chemin, le texte peut également être trituré comme n'importe quel chemin, pour parvenir à des créations visuelles et typographiques. 

Les typographes apprécieront la possibilité de créer avec Inkscape des fontes en SVG. Le dialogue dédié offre la visualisation directe avec l'attribution des glyphes en synchronisation avec les touches du clavier !

Ecrire du texte

Une fois l'outil texte actif, vous avez deux façons de créer du texte.

[F8] ou [t]

Pour le cas où le texte à rajouter contient un mot ou une expression, le plus simple est de :

Pour le cas où le texte à rajouter doit entrer dans un emplacement spécifique et réservé :

 Le texte n'occupera pas à tout prix l'espace alloué, à vous de modeler cet espace si besoin. 

Modifier le style du texte

Le dialogue Texte > Texte et Police est idéal pour cela. Les options disponibles sur le dialogue sont également présentes dans la barre d'option horizontale située sur le canevas : 

 Dans le dialogue, vous trouverez en plus une petite prévisualisation rapide du résultat et un onglet Texte destiné à accueillir le texte en entier sans se soucier de détail esthétique. Une fois tous ces paramètres définis, le résultat sera visible sur le canevas après avoir cliqué sur Appliquer.

Inkscape n'est pas fournir avec des polices de caractères. Il présente ceux installés dans votre système. Un redémarrage d'Inkscape est nécessaire si vous installez des fontes en cours de création.

Il existe deux options concernant l'orientation du texte. En effet Inkscape supporte les écritures verticales mais ne supporte pas encore les écritures qui se lisent de droite à gauche. 

Modifier la couleur d'un texte

 Modifier la couleur du texte est identique à modifier la couleur de n'importe quel objet dans Inkscape. Vous devez d'abord sélectionner l'objet texte ou à l'aide de l'outil Texte, sélectionner les mots ou caractères, puis cliquez sur la couleur de votre choix. Le texte peut avoir une couleur de fond et une couleur de contour distincte, comme tout objet sur Inkscape. Le texte accepte également les dé­gra­dés linéaires ou radiaux.


Déformer le texte

Outre les déformations du texte au moyen de l'outil Sélec­tion, Inkscape offre de nombreuses options pour s'amuser avec le texte dans le but de l'adapter à la composition tout en le respectant.

Modifier l'approche horizontale. Une option permet de modifier l'espacement entre les lettres d'un mot ou entre les lettres sélectionnées. Une autre option consiste à modifier l'espace entre les mots. Pour en bénéficier, il faut au préalable, avec l'outil Texte, sélectionner les lettres, les mots ou bien le texte puis augmenter ou diminuer la valeur de l'option (par défaut la valeur est 0). Le résultat est immédiatement visible sur le canevas.

Modifier l'approche verticale. Une option facilite les chan­ge­ments au niveau d'un mot ou de ses lettres de sa ligne de base. Cela signifie que le mot ou la lettre sélectionnée peut ne pas être sur la même ligne que ses compères. Une dernière option permet également de pivoter les lettres (ou les mots).

Le crénage est l'espace entre deux lettres.

Pour le cas où la composition de l'œuvre nécessite une déformation plus importante du texte, il est possible de faire suivre le texte suivant un chemin ou de l'encadrer, sujet du prochain chapitre. 


Texte suivant un chemin

Les modifications des lettres ou des mots sont plutôt des finitions. Bien souvent, il est plus utile de commencer par positionner le texte dans une composition. Inkscape nous propose deux options accessibles via son menu Texte > Mettre suivant un chemin et Texte > Encadrer.

Pour mettre un texte suivant un chemin, voici la procédure :

Le résultat est immédiatement visible sur le canevas. Le texte reste éditable à tout moment : vous pouvez modifier le texte, et son style à tout moment. Le chemin est édi­table, vous pouvez triturer le chemin, ajouter ou supprimer des nœuds, déplacer etc.

Bien souvent ce chemin sers uniquement à positionner le texte. Si vous le supprimez, le texte n'a plus rien sur lequel s'appuyer. S'il vous gêne, supprimez lui tout contour et tout remplissage ! 

Texte dans un cadre

Telles les poèmes illustrés (calligramme), où le texte représente un dessin, Inkscape nous offre un outil pour nous aider à ce type de création.

Pour réaliser cela :

La forme reste modifiable à volonté, le texte essayera au mieux de suivre. De la même façon, le texte reste éditable à tout moment. 

Bien souvent, ceci n'est qu'une première étape pour la mise en place d'un texte de façon décorative. Du travail de finition sera nécessaire pour améliorer le positionnement de certains mots ou lettres par le moyen des options du texte.

Pour triturer davantage le texte, il reste une possibilité, irréversible : la transformation du texte en chemin. En conver­tis­sant le texte en chemin, vous perdez la possibilité d'édi­ter le texte. Le texte n'est alors plus du tout ac­ces­sible comme objet texte, mais s'ouvre aux nombreuses modifications des chemins. Par exemple, il sera impossible de modifier la police de caractère, sa graisse (fin à très gras), son style (italique, normal, condensé...). Il est donc conseillé de commencer par le plus général au plus détaillé, et plus précisément, concernant le texte :

Convertissez en chemin les objets textes si vous souhaitez réaliser un PDF destiné à quelqu'un. Tous les postes n'ont pas les mêmes polices de caractères installées. 

Créer sa police de caractère

En vérité, le terme correcte pour désigner une police de caractère est le mot fonte.

Chaque caractère correspond à un glyphe d'une fonte. Avec le HTML5, et le CSS3, il est maintenant facile d'utiliser sa propre fonte pour sa page web. Les fontes peuvent avoir plusieurs formats : OTF, TTF, et SVG. Les fontes vectorielles ont la particularité de s'adapter à la taille de l'écran sans effet de pixelisation.

Un dialogue est dédié à la création de fonte SVG situé dans le menu Texte > Éditeurs de fontes SVG. Un document modèle est proposé par Inkscape comprenant un canevas à la dimension d'un glyphe. En effet le principe de création de fonte passe par la création d'autant de glyphes qu'une fonte peut contenir. Pour ouvrir ce modèle, Fichier > Modèles > Typography Canvas. Pour créer une fonte SVG :

Maintenant il est possible d'écrire un texte et d'avoir un aperçu du rendu de la glyphe en bas du dialogue Éditeur de fontes SVG.

Cette fonctionnalité s'adresse aux typographes mais tout amateur peut rapidement avoir quelque chose de fonction­nelle et tester rapidement son travail.

Utilisez ensuite un logiciel comme FontForge pour importer la fonte SVG et l'exporter dans d'autres formats pour la ré-utiliser sur divers logiciels.

Lisez le livre Fontes Libres pour en apprendre plus sur la création typographique.


Techniques avancées

Vous connaissez maintenant les bases du logiciel Inkscape. Son maniement semble au premier abord complexe, avec l'habitude et la pratique vous serez chaque jour plus à l'aise.

Dans ce chapitre vous découvrirez des fonctionnalités ajoutées pour automatiser ou faciliter certaines actions. N'oubliez pas que l'originalité vient de votre imagination et non de ce que le logiciel peut offrir comme résultat généré automatiquement.

Dans un premier temps, nous verrons comment Enregistrer son travail en vue d'être ré-utilisé, puis quelques techniques utiles, une fois les bases intégrées, pour terminer avec une présentation de quelques filtres, extensions et effets de chemin. 

Enregistrer son travail

Inkscape est un logiciel stable. Cependant, de mauvaises manipulations peuvent entraîner sa fermeture inopinée. La meilleure façon de prévenir tout problème est d'enregistrer régulièrement votre dessin. Pour cela, [Ctrl]+[s] est un raccourcis à répéter souvent. Au premier enregistrement, baptiser votre fichier avec le nom de votre choix et choisissez l'extension :

Si Inkscape se ferme brutalement, une sauvegarde est disponible à la racine de votre répertoire utilisateur portant le nom de votre fichier ainsi que la date et l'heure à laquelle Inkscape s'est fermé.

Enregistrer en pdf

Le format PDF est un format vectoriel qui peut incorporer également des images. Inkscape étant un logiciel vectoriel il enregistre directement des pdf en enregistrant sous .pdf.

Attention, pour réaliser des pdf parfaits à être imprimés, tournez-vous plutôt vers un logiciel plus adapté comme Scribus, qui importe également des .svg.

Convertissez vos textes en chemin pour être certains que vos pdf s'affichent de façon identique sur tous les ordinateurs. 

Exporter en bitmap

Il est souvent utile d'exporter son travail au format bitmap pour montrer ou utiliser sa réalisation.

Activez le dialogue Exporter une image PNG [Maj][Ctrl][E]. Différentes options s'ouvrent à vous :

Indiquez ensuite la taille de votre bitmap en pixel. La résolution s'accordera toute seule. Donnez ensuite un nom de fichier puis cliquez sur Exporter.

Les débutants sont souvent surpris de constater que l'image est exportée avec un fond blanc. Pour modifier ce paramètre, rendez-vous dans les Propriétés du document [Maj] [Ctrl] [D]. Pour avoir un fond trans­parent, mettez le canal alpha à 0. Si vous le souhaitez opaque mettez-le à 255. La couleur et le canal alpha se règlent en cliquant sur le champ Couleur de fond.

Inkscape exporte votre image sans marge. Cela donne l'impression que l'image est rognée, alors que non. Si cela vous gêne, rajoutez des marges dans le champ prévu du dialogue Propriétés du document > Redimensionner la page au contenu

Dialogue Exporter en bitmap.

Modifier la partie Redimensionner la page au contenu...

Importer ou incorporer des images

Il peut être nécessaire d'utiliser des images, soit pour recopier un croquis, vectoriser un bitmap, ou pour enrichir la réalisation. Selon les cas, cette image peut être liée ou incorporée. Lier une image, signifie qu'Inkscape associe l'image bitmap au fichier svg en cours. Par conséquent, si l'image ou le fichier est déplacé, l'association est rompue, et à la place un cadre rouge apparaît en lieu et place de l'image. Il est utile d'incorporer une image pour l'embarquer dans le fichier svg. Cela alourdit le fichier mais, au moins, le déplacement des fichiers n'altérera jamais le résultat.

Pour importer une image, utilisez le menu Fichier > Importer. Un dialogue apparaît pour sélectionner le fichier. Ensuite l'image est affichée sur le canevas.

Inkscape importe beaucoup de formats mais exporte uniquement en PNG.

Pour Incorporer une image, normalement lors de l'importation, un dialogue vous demande si vous souhaitez lier ou incorporer. Pas de panique, si c'est trop tard, une extension vous permet de modifier votre choix initial. Dans un premier temps, sélectionnez l'image puis Extension > Images> Incorporer les images..., terminez en confirmant éventuellement.

Dialogue Importer une image.

Si l'image importée est seulement liée au document et ensuite déplacée, alors Inkscape ne retrouvera pas l'image. Une belle croix rouge s'affichera sur le canevas à sa place !

Copier ou Dupliquer un élément

Le célèbre raccourci Copier [Ctrl][c] est aussi fonctionnelle dans Inkscape mais il est globalement moins utile que son corrolaire Dupliquer [Ctrl][d]. 

Copier réalise une copie de l'élément sélectionné et s'applique là où est la souris.

Dupliquer réalise une copie et place la copie exactement au-dessus de l'original. Très utile lorsque l'on souhaite positionner la copie précisément et ne pas chercher à repositionner la souris pour mieux placer la copie. 

Cloner un élément

Bien souvent, du temps pourrait être gagné si le clone était plus souvent utilisé. Avec [Alt][d], un clone est tout aussi rapide à réaliser qu'une copie ou un duplicata. Il faut simplement y penser. Le clone se positionne au-dessus de l'original et présentera toutes les modifications qui seront réalisées sur l'original, aussi bien dans son style (contour, remplissage...) que sa forme. Aucun changement ne pourra être attribué au clone. Il faudra soit le délier de son clone soit réaliser ces modifications sur l'objet original. 


Personnaliser ses raccourcis claviers

Si vous avez l'habitude d'autres logiciels vectoriels ou si vous souhaitez simplement modifier certains raccourcis clavier, rendez-vous dans le sous-dossier key situé dans le dossier Inkscape. Les raccourcis claviers utilisés sont ceux du fichier default.xml. Si vous préféreriez les autres fichiers compris dans le sous-dossier key, renommez simplement le bon fichier en default.xml.

Ceux habitués à Corel, Illustrator, Macromedia ou Xara, trouveront leur bonheur.

Réaliser une découpe ou un masque

Les deux fonctionnalités se lancent de la même façon, sélectionner l'objet initial puis celui qui servira de découpe ou masque puis lancer Objet>Découpe>Définir ou Objet > Masque> Définir. L'objet placé sur le plan supérieur servira de cache de l'autre.

Ces deux fonctionnalités n'ont pas exactement le même rendu. La découpe permet de cacher une partie d'un objet grâce aux contours d'un autre, tandis que le masque agit sur l'opacité de l'objet. 


Les filtres

Une entrée de menu est totalement dédiée aux filtres. Il s'agit plus précisément d'effets de filtre SVG combinés entre eux. La combinaison de ces effets est infinie, les développeurs d'Inkscape proposent quelques résultats de combinaison et ont tenté de trouver des noms significatifs du résultat escompté.

Pour appliquer un filtre, il est nécessaire, au préalable, de sélectionner le ou les objets puis de lancer le filtre souhaité. Le résultat apparaît immédiatement sur le canevas.

Le filtre Ombre portée

Ce filtre propose de réaliser automatiquement une ombre à l'objet sélectionné qui se place automatiquement en-dessous. Sélectionnez d'abord un ou plusieurs objets puis lancez ce filtre situé au menu Filtres > Ombres et lueurs > Ombre portée affiche un dialogue. Ce dialogue permet de définir l'intensité du flou et du décalage. Plus le rayon est fort, plus vous aurez l'impression que l'ombre est loin, plus le décalage x et y est élevé, plus la lumière semble venir de côté. L'opacité définit l'intensité de l'ombre. Le résultat est immédiatement visible sur le canevas. Avant de cliquer sur le bouton Appliquer, vous pouvez cocher l'Aperçu en direct pour fignoler, si besoin.


Modifier les filtres

Inkscape propose un éditeur de filtres, qui se lance via l'item Éditeur de filtre... situé au bas du menu Filtres.

Le dialogue apparaît alors, vide, si aucun filtre n'est appliqué sur l'objet sélectionné ou déjà truffé d'effets. le principe du dialogue est simple mais sa compréhension profonde est complexe. En effet il faut avoir des connaissances pointues en effets de S.V.G. pour com­pren­dre comment utiliser les paramètres de chaque effet pour aboutir à un résultat précis. Finalement, le plus simple est peut être d'y aller au hasard à partir d'un filtre offrant un résultat proche de ce qui est recherché.

Voici quelques filtres intéressants :

Il ne tient qu'à vous de les explorer, le rendu est très dif­férent selon les objets sélection­nés.


Les extensions

Dans ce menu vous trouverez des fonctionnalités qui ne poursuivent pas l'objectif premier d'Inkscape, mais qui ont été tout de même accepté par les développeurs. Pour la plupart, elles apportent une aide dans la précision d'un dessin.

Ils ont été regroupé en des rubriques bien distinctes.

Nous allons maintenant faire le tour de quelques extensions.

Interpoler

Cette extension dessine des étapes menant d'un chemin à un autre. Commencez par créer un premier chemin puis ensuite un autre chemin qui doit être la destination. Sélectionnez les deux chemins et lancez cette extension. Un dialogue s'ouvre vous demandant de renseigner le nombre d'étapes à générer. Validez et le résultat s'affiche sur le canevas. Le résultat propose un groupe composé d'autant de chemins que d'étapes que vous avez entrez. Les chemins possèdent tous le même style. Dégroupez si vous souhaitez personnaliser les styles.

Motif le long d'un chemin

Cette extension propose de répéter un motif qui suit un chemin que vous avez réalisé. Réaliser dans un premier votre chemin, cela peut être avec l'aide de l'outil de Bézier, puis ensuite votre motif. Le motif peut être un chemin composé de plusieurs objets, ainsi que d'un groupe. Veillez bien à avoir votre motif sur le plan supérieur de votre chemin. Sélectionnez les deux objets puis lancer cette extension.

Un dialogue s'affiche vous demandant d'indiquer si le motif doit être répété autant de fois que possible sur le chemin, ou s'il doit tre plutôt étiré. Les autres options concernent l'adaptation du motif au chemin. Les paramètres suivants vont permettre d'affiner le placement du motif, surtout si vous souhaitez personnaliser son écartement.

Colorer les marqueurs pour les assortir au contour

Cette extension est utile pour certaines versions d'Inkscape. Il permet de rendre les marqueurs auto­ma­ti­que­ment de la même couleurs que le contour du chemin sur lequel ils sont associés, sinon ils sont noirs par défaut. Pour cela, il faut sélectionner le chemin contenant des marqueurs et lancer l'extension. Le résultat s'affiche aussitôt.

Autrement, pour personnaliser la couleur des marqueurs,  vous devrez créer d'un côté le chemin, de l'autre le marqueur, définir leur style respectif puis grouper le tout.

Contour 3D

Après avoir sélectionné un chemin, lancez cette extension. Une boîte de dialogue s'affiche pour paramétrer l'effet. Il s'agit de pseudo 3D, puisqu'Inkscape est un logiciel 2D. Il est possible d'affiner ainsi l'illusion de volume au moyen du réglage du flou, de l'angle de lumière et d'épaisseur. L'aperçu en direct est utile pour modifier immédiatement le résultat. Appliquez lorsque vous êtes satisfait.


Enveloppe

Celle-ci propose de déformer automatiquement un chemin selon une perspective que vous indiquez au moyen d'un rectangle. Par exemple, vous avez dessiné un meuble dans une pièce en perspective. Vous souhaitez plaquer un dessin sur une des faces du meuble. Réalisez un rectangle de la même taille et orientation que la face du meuble. Sélectionnez votre chemin, lancez cette extension. Et voilà, le chemin est alors déformé en épousant la perspective souhaitée. Attention, vous ne pouvez pas utiliser autre chose qu'un chemin.

Code Barre

Cette extension permet de réaliser des codes barres de types EAN8, EAN13, EAN5, UPC-A, UPC-E, Code 39, Code 39Ext, Code 93, Code 128, RM4CC / RM45CC. En France, l'EAN 13 est utilisé. Une fois le type de code-barres défini, il reste à entrer les chiffres, Inkscape fait le reste. Marques d'impressions... Si vous souhaitez imprimer et que vous avez besoin des marques typiques de l'impression alors cette extension est fort utile. À vous de sélectionner les types de marques utiles  (trait de coupe, hirondelles, etc). et l'extension fait le reste.

Marques d'impressions...

Si vous souhaitez imprimer et que vous avez besoin des marques typiques de l'impression alors cette extension est fort utile. À vous de sélectionner les types de marques utiles  (trait de coupe, hirondelles, etc). et l'extension fait le reste. 


 

Texte

Dans cette catégorie, nous verrons l'extension intitulée Lorem Ipsum, qui est un générateur de faux texte. Au lancement, un dialogue s'affiche demandant d'indiquer le nombre de paragraphes, de phrases et de fluctuation. Lorem Ipsum est un texte en pseudo latin, utilisé pour combler une maquette avec du faux texte. Celui-ci se place en haut du canevas.

Installer des extensions

Il est aisé d'installer des extensions de la communauté ou de créer ses propres extensions pour ceux qui maitrisent le langage Python. Pour connaitre les spécificités des extensions avec Inkscape, rendez-vous sur le wiki officiel du projet. 

À l'heure actuelle, il n'existe pas de recensement des extensions réalisées par la communauté. En général, les développeurs le proposent directement sur leur site. Il faut suivre les indications données par le développeur pour les installer. Sinon, veillez à bien récupérer deux fichiers pour une extension et à les glisser dans le sous-dossier /extension du dossier d'Inkscape.

Sozi

Sozi, est l'équivalent de Prezi, mais qui nécessite seulement Inkscape, Sozi et un navigateur qui accepte le javscript et le SVG (comme Firefox). Sozi permet facilement de créer des présentations animées. Le site officiel de l'extension est http://sozi.baierouge.fr/ suivez les indications pour l'installer.

Le principe est de réaliser dans un premier temps chaque slide et d'entourer chacune des diapo avec un rectangle. Ce rectangle indiquera à Sozi le contenu de chaque diapos. Sélectionnez le premier rectangle et cliquez sur le nom de l'extension. Un dialogue s'affiche. Donner un nom à ce slide. La slide la plus haute sera la première affichée. Indiquez de la même façon à Sozi les rectangles un à un. Ordonnez les slides à votre goût.