Accueil Floss Manuals francophone

Sésamath : Mode d'emploi

Fonctionnement et projets

L'écosystème « Sésamath » ressemble de l'extérieur à une nébuleuse parfois très complexe. Ce chapitre essaye d'expliquer d'une part le fonctionnement même de l'association, mais aussi celui des différents projets, des communautés de contributeurs et d'utilisateurs.

L'association

Sésamath est une association française composée de membres actifs, acteurs sur différents projets émanant des propositions des bénévoles. En 2013, l'association compte 70 membres.

Chaque année, lors de l'Assemblée générale*, les membres élisent un conseil d'administration* chargé de gérer l'association et de piloter les aspects politiques des projets de Sésamath (relation avec les éditeurs, les institutions...).

La communication interne se fait grâce à des listes de diffusion et à un wiki* où sont archivés les documents (comptes-rendus, activités des salariés...).

Cette structure associative est au service des différents projets.

Les projets

Dans Sésamath, le terme de projet qualifie toute action menée en groupe dans le but de créer de nouveaux contenus et services techniques.

Trois types de projets existent dans Sésamath.

Les projets de Sésamath sont à l'initiative des membres de Sésamath et sont pilotés conjointement par les responsables du projet et le CA*. Ils sont financés entièrement par l'association.

Les projets soutenus par Sésamath sont pilotés par les responsables du projet (membres ou non de Sésamath) dans le respect de la philosophie de l'association. Ils peuvent être financés totalement ou en partie par l'association.

Les projets associés à Sésamath sont indépendants de l'association, mais leur utilité est néanmoins reconnue par l'association.

Parmi les projets de Sésamath, deux catégories peuvent être distinguées.

Les « métaprojets » servent à diffuser les ressources produites par d'autres projets. LaboMEP ou Mathenpoche sont des exemples de métaprojets.

Les projets du deuxième type ont pour but de produire des ressources (manuels, corrections, compléments InstrumenPoche, J3P ...).

Quel que soit le type de projets, ils sont organisés de manière similaire.

Vie d'un projet de Sésamath

Lorsque des membres proposent un nouveau projet, ils le présentent à l'ensemble de l'association qui décide des moyens à mettre en place pour le faire vivre. Les responsables du projet établissent une ligne éditoriale.

Des contributeurs, des relecteurs et des testeurs sont recrutés parmi les membres intéressés. Pour élargir le cercle, une lettre SésaPROF* informe, par courriel, les utilisateurs des ressources de Sésamath de ce lancement et appelle les volontaires à participer.

Une liste de diffusion spécifique est mise en place. Elle permet les échanges entre les contributeurs, les relecteurs et les testeurs, qu'ils soient membres de Sésamath ou non. D'autres outils spécifiques peuvent être mobilisés par un projet : forum*, wiki*, pad*, interface collaborative* suivant les besoins.

Dans un premier temps, de nombreux va-et-vient entre les producteurs de ressources et les relecteurs permettent d'obtenir une ressource consensuelle. Pour les projets cahiers et manuels, les responsables du projet peuvent également être chargés de valider la ressource. Ensuite, elle est rendue publique sur le site correspondant (par exemple une section J3P aboutie est intégrée dans le site LaboMEP) et peut alors être testée par les utilisateurs qui ont accès à ce site. Ils ont la possibilité de faire remonter leurs remarques. En fonction des retours des utilisateurs et des personnes inscrites sur la liste de diffusion, cette ressource pourra alors être modifiée.


La création, diffusion et utilisation de ces projets est réalisée par différentes communautés.

Les communautés

Trois communautés gravitent autour d'un projet : les contributeurs (parmi lesquels on trouve les responsables du projet), les testeurs et les utilisateurs.

Les contributeurs regroupent l'ensemble des personnes qui interviennent directement dans la collaboration dans l'élaboration collaborative des ressources. Sans une activité régulière de leur part, aucun projet ne peut être mené correctement ni aboutir. Les responsables sont chargés d'assurer la cohésion et de prendre des décisions lorsque cela s'avère nécessaire. Leur rôle est d'autant plus important que le nombre de contributeurs s'accroît.

Les testeurs sont des relecteurs attentifs qui ont pour rôle de pointer les erreurs potentielles (mathématiques, pédagogiques, d'orthographe, de mise en page...) et de proposer éventuellement des corrections. Ils n'interviennent pas directement sur le contenu, mais permettent de vérifier la validité de celui-ci avant la publication définitive.

Les utilisateurs constituent la plus grande communauté. Il s'agit du public cible qui va tirer parti de la ressource créée dans sa version finale. Eux non plus n'interviennent pas directement sur le contenu, mais peuvent néanmoins contacter l'association si nécessaire.

Ce schéma représente bien l'importance en nombre des différentes communautés. Celle des contributeurs est beaucoup plus petite que le nombre d'utilisateurs.

Par exemple, en ce qui concerne le projet J3P, la communauté se compose de deux responsables, d'une quinzaine de contributeurs, d'une dizaine de testeurs et de 25 000 à 30 000 utilisateurs potentiels.

Ces communautés ne sont pas étanches et les rôles ne sont ni fixes ni verrouillés. Ainsi, un utilisateur peut-il devenir testeur, voire contributeur.

Devant le nombre important de participants à ces différentes communautés, Sésamath a dû se doter de moyens efficaces de communication pour les informer.

Diffusion de l'information

Depuis la création de l'association, la communication entre ses membres ou avec les utilisateurs se fait à l'aide de listes dédiées ou via le contact mail.

La liste Sésamath

Il existe une liste de discussion spécifique pour les 70 membres de Sésamath. Chaque membre de Sésamath (y compris les membres du CA) dispose également d'une adresse en @sesamath.net qui lui permet de partager des informations, de communiquer avec les autres membres, mais également de se tenir informé de l'évolution des autres projets. 

Les listes de diffusion

Chaque projet possède une liste de diffusion interne pour les contributeurs du projet. Elle n'est pas réservée aux membres de Sésamath. Ces listes sont composées de 10 à 50 personnes. Une personne peut être membre de plusieurs projets et donc être inscrite à plusieurs listes de diffusion.

La lettre d'information

À l'origine, Sésamath a diffusé une lettre à tous les utilisateurs intéressés (professeurs, parents... ). Avec la création des sites SésaPROF (réservé aux professeurs) et Mathenpoche (réservé aux parents et enfants), des lettres sont envoyées à un public ciblé, par exemple aux professeurs de collège ou aux professeurs inscrits dans un lieu géographique particulier. Cette lettre ciblée a remplacé la précédente, mais montre maintenant ses limites notamment pour informer les utilisateurs non enseignants.

Ces lettres hebdomadaires permettent d'annoncer la diffusion ou le lancement d'un projet, de mettre en évidence des ressources. En retour, les utilisateurs peuvent contacter l'association via l'adresse contact@sesamath.net , poster des questions sur le forum de SésaPROF ou contacter directement des responsables de projets.

Les réseaux sociaux

Sésamath possède un compte sur Facebook* et sur Twitter*, mais ces outils ne sont pas des priorités de communication. SésaPROF joue déjà en effet le rôle de « réseau social » parmi les professeurs de mathématiques qui utilisent ces ressources.