Accueil Floss Manuals francophone

Sésamath : Mode d'emploi

Construction d'un manuel numérique

Devant la richesse des compléments créés lors de l'élaboration des manuels et du grand nombre de ressources disponibles, la question de leur mise à disposition au sein d'une version numérique des manuels s'est posée naturellement. De plus, les apports concernant l'accessibilité et la navigation d'un manuel numérique en ligne répondaient complètement à la préoccupation au sein de Sésamath de favoriser l'accès à ses ressources. La création des manuels numériques est donc apparue comme la suite logique de celle des manuels papier. Nous verrons dans ce chapitre les conditions de cette réalisation ainsi que les différentes étapes pratiques qui sont intervenues dans ce processus.

Du manuel papier au manuel numérique en ligne

Il y a plusieurs choix technologiques possibles pour construire un manuel (ou cahier) numérique. En particulier, il est nécessaire de distinguer le manuel numérique de base (qu'on peut visionner en ligne en tournant virtuellement les pages) du manuel numérique enrichi (avec des compléments numériques qui viennent s'ajouter au papier, par exemple des vidéos, des animations de géométrie dynamique ou des constructions avec les instruments virtuels) ou encore du manuel numérique personnalisable par l'enseignant (qui peut modifier les contenus, enregistrer ses commentaires...). Nous verrons que Sésamath a progressivement mis à disposition ces trois types de manuels numériques gratuitement.

Au départ, Sésamath proposait seulement les sources des manuels (téléchargeables et modifiables) ainsi que des compléments numériques associés. En mars 2010, un vrai manuel numérique est développé dans Sésamath : il s'agit d'un développement fait en interne dans l'association avec des outils spécifiques et une certaine logique, avec également des restrictions importantes. En particulier, dès l'année 2008, des discussions ont eu lieu pour réaliser un manuel entièrement disponible en HTML : ce projet n'a pas pu voir le jour, essentiellement pour des raisons techniques liées à l'écriture mathématique qui n'est pas nativement implémentée (ou très mal) dans le HTML. Par suite, il a fallu faire un autre choix technique. Ce choix s'est porté sur la création d'images à partir des PDF des ouvrages en s'appuyant sur une base de données reflétant la structure logique de l'ouvrage : cette base de données permet également d'organiser les compléments numériques. La suite de ce chapitre permet de montrer les outils qui ont été développés et utilisés pour aboutir à ce résultat.

Étant donné la lourdeur de l'opération, l'expérience a montré qu'il valait mieux attendre d'avoir un PDF de l'ouvrage très stable avant de commencer le manuel numérique, l'idéal étant de disposer du fichier PDF éditeur. En revanche, la création des compléments peut se faire légèrement en amont une fois que le contenu est stabilisé sur un plan éditorial et pédagogique (pas nécessairement finalisé sur la forme). Dans les faits, la réalisation du manuel numérique suit donc celle du manuel papier : au niveau de Sésamath, ce sont des équipes disjointes qui ont opéré en parallèle.

Les étapes de réalisation du manuel numérique

Étape 1 : la base de données

C'est la première étape et elle est essentielle. Pratiquement, elle se fait en renseignant un fichier tableur qui servira à construire la base de données (en mysql). Cette étape consiste à lister les atomes du manuel (éléments insécables : par exemple, un exercice est un atome) sachant que :

  • - un atome doit être repéré par rapport à la structure en chapitre et parties (exercice ou activité...) mais aussi par rapport à la pagination du manuel (éventuellement il peut être sur 2 pages).

Exemple : Dans le tableau ci-dessus, on a repéré les 2 atomes de la page 16 du manuel ( http://mep-outils.sesamath.net/manuel_numerique/index.php?ouvrage=ms3_2012&page_gauche=16 ) Il s'agit de 2 activités du chapitre N1 "Nombres entiers et rationnels". Et ainsi de suite pour les pages suivantes. 

  • - un atome pourra être relié via les compléments à d'autres atomes du manuel (ou d'un autre manuel) et plus généralement à d'autres compléments numériques, quelle que soit leur nature.
  • - un atome, et/ou ses compléments pourront être placés dans une séance de Labomep.

Étape 2 : Le dézonage

Actuellement, pour réaliser les étapes suivantes de la création du manuel numérique, il faut posséder un accès à des outils en ligne disponibles uniquement sur les serveurs de Sésamath France. L'accès est autorisé après un accord préalable.

Ces outils permettent d'afficher le fichier PDF sur le site des manuels avec les possibilités de navigation. Afin de pouvoir afficher certaines zones spécifiques (atomes, compléments), une étape demandant une intervention est nécessaire.

Le principe du dézonage est de découper le fichier PDF du manuel en autant d'images qu'il y a d'atomes. Parfois, il faudra même plusieurs images pour un atome particulièrement grand (par exemple si l'atome occupe toute une page). L'intérêt de ce découpage est de pouvoir créer un diaporama des atomes ou plus simplement repérer un atome spécifique par une adresse Web. Ainsi un atome du manuel peut être inséré dans un site ou servir de base à un complément numérique (par exemple un corrigé animé avec Instrumenpoche).

Pour « dézoner », il est nécessaire d'avoir préalablement rempli la base de données. Ensuite à l'aide de la souris, on va découper une zone contenant l'image. Automatiquement, l'image correspondante sera créée et ses coordonnées sauvegardées.

Étape 3 : La construction des compléments

Globalement, la construction des compléments suit les mêmes règles de travail collaboratif que la construction des manuels eux-mêmes. Par exemple, les premiers compléments construits sont généralement les fichiers corrigés des manuels (pour les exercices et les activités). Il est conseillé de réaliser ces corrigés assez tôt et si possible avant d'envoyer le PDF final à l'éditeur dans la mesure où la rédaction des corrigés permet souvent de déceler les ultimes coquilles. Ensuite les corrigés peuvent être interfacés dans l'interface collaborative et dézonés eux aussi tout comme les énoncés.

Mais certains compléments peuvent se faire autour d'un outil. L'exemple de l'outil Instrumenpoche est intéressant à plusieurs égards. Au départ, le logiciel Instrumenpoche a été créé pour regrouper sur une même interface tous les outils de géométrie du logiciel Mathenpoche : règle, équerre, compas... Ainsi ce logiciel permet-il de réaliser de belles animations de constructions. Progressivement, la possibilité de mettre une image en arrière-plan a été ajoutée ainsi que celle permettant d'écrire des textes, d'introduire des pauses... bref, un outil pouvant aller potentiellement bien au-delà de l'animation de géométrie. C'est ce potentiel qui a été utilisé pour créer les animations de certains corrigés d'exercices du manuel ou du cahier : par rapport à des corrigés figés, l'intérêt pour l'élève est de voir étape par étape le corrigé de l'exercice, un peu à la manière d'un dessin animé. C'est une équipe dédiée qui réalise ces compléments, avec sa propre liste de diffusion... La première étape du travail consiste à repérer les exercices intéressants à traiter de cette façon. Ensuite ils sont introduits dans l'interface collaborative afin de permettre le travail. Si un membre de l'équipe souhaite réaliser un complément, il peut donc en devenir responsable, uploader les différentes versions en fonction des relectures, propositions et remarques des autres membres du projet.

Étape 4 : Le rattachement des compléments aux atomes

La dernière étape consiste à relier les compléments aux atomes. Cela se fait directement via une fonctionnalité spécifique de l'interface collaborative. On peut relier chaque atome à un autre atome de la base de données (il suffit de connaître son numéro d'identifiant, des annuaires permettant de le retrouver). On peut aussi le relier à tout fichier validé via l'interface collaborative (issu donc d'un travail collaboratif). À noter enfin qu'on peut relier un atome à n'importe quel complément (internet ou externe à Sésamath) pourvu qu'il soit accessible via une adresse internet.

Actuellement, pour réaliser ces différentes étapes, il faut posséder un accès à des outils en ligne disponibles uniquement sur les serveurs de Sésamath France.

Version DVD-Rom des manuels numériques

Une version hors ligne des manuels numériques a été construite et commercialisée par l'éditeur Génération5 avec une autre technologie. Des images ISO sont disponibles gratuitement pour les inscrits au site Sésaprof. En particulier, ces manuels numériques permettent à l'enseignant d'ajouter des commentaires sur le manuel numérique, de les enregistrer et potentiellement de créer de nouvelles pages.

Conclusion et perspectives

L'évolution des technologies permet d'envisager pour la suite la construction de manuels numériques entièrement en HTML. Cette évolution majeure permettrait à la fois de raccourcir la chaîne de création et de modification des manuels numériques, mais surtout pourrait permettre à terme à l'utilisateur de modifier lui-même directement certains contenus en ligne pour les personnaliser.